No Vox

Violation des droits humains durant la Coupe d’Afrique des Nations

jeudi 4 février 2010

No-Vox dénonce les actes de violation des droits humains en Angola durant la période de la CAN et soutien les revendications de l’association OMUNGA à savoir le relogement des familles dont leurs maisons ont été démolies pour la construction du stade de football et l’arrêt des manipulations politiques des événements sportifs.

ENVOYEZ VOS FAX DE PROTESTATION À LA CAN, LA FIFA ET DANS VOS AMBASSADES ! (en bas du communiqué)

Aux Présidents de la COCAN, de la FAF, de la FIFA – Mr. Joseph S. Blatter et Mr Issa Hayatou, président de la CAN

OMUNGA est une association angolaise qui travaille pour la promotion et la protection des droits humains avec le mandat d’observateur au sein de la Commission Africaine des Droits Humains et du Peuples et siège dans la province de Benguela.

C’est dans une grande préoccupation que nous sommes témoins de nombreuses violations des droits humains durant la CAN 2010.

Pour preuve, à l’aube du 19 janvier 2010, 23 jeunes dont 3 femmes, tous sans toit ont été arrêtés par des agents du premier escadron de polices de la région Lobito. D’après les victimes, elles ont été détenus pendant 4 jours dans le commissariat 1 puis 3 jours dans le commissariat 4 dans le quartier de Lixeira.

Les victimes se sont plaintes d’avoir été agressées et frappées à coup de manchettes et armes à feu. Elles se sont plaints également d’avoir été obligées de nettoyer les cellules, laver les vêtements des policiers et leurs voitures de patrouille, tout en étant affamé. Les victimes ont reçu comme motif de leur arrestation le fait qu’elles sont à la rue et qu’il fallait se prévenir de ça pendant la période de la CAN.

Face à la gravité de ces plaintes, OMUNGA a fait appel auprès du Tribunal de la Province de Lobito pour demander une enquête.

OMUNGA rappelle qu’elle a dénoncé publiquement non seulement ces arrestations durant la CAN mais également les démolitions de 10 maisons qui ont eu lieu le matin du 25 janvier dans la Zone 1 de la région de Benguela, proche du stade national OMBAKA.

En accord avec l’ensemble des informations recueillies, les démolitions ont été menées par la mairie de Benguala ainsi que l’administration de la zone 1 avec la protection de la police. Un des habitants a été menacé par un policier avec son revolver braqué.

OMUNGA est également très préoccupée par les emprisonnements à Cabinda et notamment par le niveau de répression qui a eu lieu lors de l’attaque du bus transportant la délégation togolaise de football. OMUNGA craint que la répression s’accentue à Cabinda après la fin de la CAN.

Nous sollicitons le Président de la CAF, de la FIFA et le gouvernement d’Angola sur les faits présentés ici et d’assumer la responsabilité de mettre fin à ces actes, en vertu des droits humains auxquels l’Angola a signé un certains nombres de traités !

Avec nos salutations, José A. M. Patrocinio

FAXS ET E-MAIL :

CAN : cocan@can-angola2010.com FAX : +244 222 000268

CAF (confederação futebol africano) info@cafonline.com Fax : +20-2/3837 0006

FIFA fax number +41/43-222 7878

Ambassade d’Angola à Paris : contact@lisco.fr ou lisco1001@yahoo.fr Fax : 01 45 00 33 71 et 01 42 25 13 13


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 36254

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Angola   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License